Antenne satellite de pierre,No.1, le Caire

Pierre sculptée, système de réception d'antenne parabolique, 70 X 70 X 100 cm

avec Kamal Barra, tailleur de pierre.

Vincent Voillat est fasciné depuis des années par les paraboles, ces objets qui viennent se greffer sur les architectures comme autant de fleurs. Elles sont souvent le lien ténu et fragile d’une culture plus lointaine, que les flux migratoires ont fragilisé. C’est un marqueur architectural et social très fort. Nombre d’entre elles sont orientées dans une même direction, à l’écoute des fréquences venues de l’espace.
L’artiste sculpte dans un bloc de pierre la forme d’une parabole, puis l’équipe d’un système classique qui permet de recevoir et décoder les signaux satellitaires afin de rentre la sculpture fonctionnelle. En fonction du lieu de la sculpture, le diamètre de la « parabole » sculptée et l’orientation du bloc doivent être modifiés afin de correspondre aux normes exigées pour une réception optimale. Pour cette première réalisation un bloc de calcaire Lutécien est utilisé,,le même qui a servi à couvrir la Pyramide de Khéops et qui possède les mêmes caractéristiques géologiques que le calcaire qui a servi à construire beaucoup de bâtiments de la ville de Paris. La parabole aura un diamètre minimum de 70 cm.
Cette sculpture fait directement référence à ces monolithes préhistoriques qui avaient une fonction spirituelle, qui rassemblaient une communauté autour de croyances souvent associées à des phénomènes astrologiques. Dans un même élan, la pierre réunissait un groupe d’humains, un phénomène astral et permettait de façon symbolique une synchronisation et une communication avec la nature et des phénomènes récurrents. Le soleil était souvent au centre de ces phénomènes ainsi que d’autres « entités » placées à ses côtés.
Cette parabole est comme une sorte de fossile, un objet préhistorique mais qui remplit une fonction, celle de réunir et maintenir une partie des liens d’une communauté. On continue d’échanger avec les cieux, mais d’une autre façon.

VIDEO
KEEPitREAL

Stone satellite dish No.1, Cairo

Limestones, receiving satellite dish system, 70 X 70 X 100 cm, 2014

with Kamal Barra, stone cutter

Satellite dishes have become a very visible part of the urban landscape, and the patterns of their distribution can also be indicative of the social structuring of urban space. Not surprisingly, they are ubiquitous in Cairo. Like sunflowers grafted on architecture, the dishes all face in the same direction, listening to frequencies from outer space.

Voillat, with the help of Kamal Barra and his workers, carved the concave shape directly in a block of locally quarried stone. He used a large piece of white limestone from Tibin in the Tura area, like those used for the casing of the Great Pyramid, and with the same geological properties as the limestone from which many buildings in the city of Paris are built. The actual antenna for receiving signals from telecommunication satellites can be installed on the sculpture to make the stone dish into an actually functioning model able to receive signals from space. The sculpture is a direct reference to the prehistoric monoliths that had a spiritual function in bringing together a community around beliefs, commonly associated with astronomical phenomena, and allowing symbolic synchronization and communication with nature and spirits. This piece of sculpture is like a fake fossil, evoking a prehistoric object that channelled connexions and maintained cohesion within a community. We continue to communicate with the heavens, but in a different way.

Klio Krajewska, curator

VIDEO
KEEPitREAL

Antenne satellite de pierre,No.1, le Caire

Pierre sculptée, système de réception d'antenne parabolique, 70 X 70 X 100 cm

avec Kamal Barra, tailleur de pierre.

Vincent Voillat est fasciné depuis des années par les paraboles, ces objets qui viennent se greffer sur les architectures comme autant de fleurs. Elles sont souvent le lien ténu et fragile d’une culture plus lointaine, que les flux migratoires ont fragilisé. C’est un marqueur architectural et social très fort. Nombre d’entre elles sont orientées dans une même direction, à l’écoute des fréquences venues de l’espace.
L’artiste sculpte dans un bloc de pierre la forme d’une parabole, puis l’équipe d’un système classique qui permet de recevoir et décoder les signaux satellitaires afin de rentre la sculpture fonctionnelle. En fonction du lieu de la sculpture, le diamètre de la « parabole » sculptée et l’orientation du bloc doivent être modifiés afin de correspondre aux normes exigées pour une réception optimale. Pour cette première réalisation un bloc de calcaire Lutécien est utilisé,,le même qui a servi à couvrir la Pyramide de Khéops et qui possède les mêmes caractéristiques géologiques que le calcaire qui a servi à construire beaucoup de bâtiments de la ville de Paris. La parabole aura un diamètre minimum de 70 cm.
Cette sculpture fait directement référence à ces monolithes préhistoriques qui avaient une fonction spirituelle, qui rassemblaient une communauté autour de croyances souvent associées à des phénomènes astrologiques. Dans un même élan, la pierre réunissait un groupe d’humains, un phénomène astral et permettait de façon symbolique une synchronisation et une communication avec la nature et des phénomènes récurrents. Le soleil était souvent au centre de ces phénomènes ainsi que d’autres « entités » placées à ses côtés.
Cette parabole est comme une sorte de fossile, un objet préhistorique mais qui remplit une fonction, celle de réunir et maintenir une partie des liens d’une communauté. On continue d’échanger avec les cieux, mais d’une autre façon.

VIDEO
KEEPitREAL

Stone satellite dish No.1, Cairo

Limestones, receiving satellite dish system, 70 X 70 X 100 cm, 2014

with Kamal Barra, stone cutter

Satellite dishes have become a very visible part of the urban landscape, and the patterns of their distribution can also be indicative of the social structuring of urban space. Not surprisingly, they are ubiquitous in Cairo. Like sunflowers grafted on architecture, the dishes all face in the same direction, listening to frequencies from outer space.

Voillat, with the help of Kamal Barra and his workers, carved the concave shape directly in a block of locally quarried stone. He used a large piece of white limestone from Tibin in the Tura area, like those used for the casing of the Great Pyramid, and with the same geological properties as the limestone from which many buildings in the city of Paris are built. The actual antenna for receiving signals from telecommunication satellites can be installed on the sculpture to make the stone dish into an actually functioning model able to receive signals from space. The sculpture is a direct reference to the prehistoric monoliths that had a spiritual function in bringing together a community around beliefs, commonly associated with astronomical phenomena, and allowing symbolic synchronization and communication with nature and spirits. This piece of sculpture is like a fake fossil, evoking a prehistoric object that channelled connexions and maintained cohesion within a community. We continue to communicate with the heavens, but in a different way.

Klio Krajewska, curator

VIDEO
KEEPitREAL